Un appel pathétique du maire Blanchard.

Publié le par cresantignes.over-blog.com

Ordre du jour chargé pour cette  première réunion du CM, jeudi 24 mars 2011 à 20h30.

 

Ce conseil sera-t-il pour une fois annoncé dans la presse locale ? Tradition d'opacité et culture du silence obligent, le maire et son conseil une fois de plus, se garderont bien de le faire ? Citoyens, les affaires communales sont les affaires du maire. Circulez, il n'y a rien à voir.

 

On remarquera pourtant à l'ordre du jour de ce conseil d'entre deux tours, un point particulièrement révélateur et significatif de la façon dont le maire Blanchard conçoit la démocratie communale et du peu de considération qu'il nourrit à l'égard même de son conseil.

 

Ce point, est ainsi libellé :

 

 "délibération autorisant la commune à ester devant la Cour Administrative d'Appel de Nancy"

 

Traduction : le maire Blanchard demande à son conseil l'autorisation d'aller plaider en appel devant la Cour Administrative d'Appel de Nancy. Il (ou plus exactement son avocat qui est aussi celui, désormais commun, avec son associé Bosteaux) veut faire annuler le jugement du Tribunal Administratif de Châlons du 14 octobre dernier (voir ce jugement dont le CM n'a jamais eu connaissance officiellement et les citoyens de Crésantignes encore moins ). Suite à ma demande du 15 décembre 2007, le TA a annulé en 2010 le permis de construire (le 3ème du nom) d'un entrepôt de 360 m² sur la fameuse future ex-parcelle communale boisée ZB 79 au Béché. Le maire Blanchard qui s'était au nom de la commune, fort investi dans cette affaire, où il (et elle) n'avai(en)t rien à faire, a du être fort vexé d'être une nouvelle fois débouté de ses prétentions… à me faire payer !

 

Il faut savoir qu'à la suite de cette annulation du 3ème permis, le maire s'est activé pour qu'un 4ème permis soit accordé dans les meilleurs délais… mais cette fois, il n'a pas osé le signer laissant au deuxième adjoint la responsabilité de suppléer un "maire empêché" (sic)… par ses intérêts privés sans doute. Un-maire-empeche---.jpgC'est dire le peu d'intérêt que représente un procès en appel sur ce 3ème permis annulé puisqu'un quatrième permis l'a déjà remplacé et que depuis plus d'un an maintenant, le site du Béché a été massacré par son nouveau propriétaire, que des fondations ont été coulées et que depuis que le permis 4 lui a été octroyé, il a déjà monté au moins… 3 rangs de parpaings. Tout l'argent communal que le maire a dilapidé pour rendre cette parcelle ZB 79 désormais privée (et concomitamment son petit lotissement privé en ZB 27 et ZB 34) à peu près constructible en dépit d'une voirie "aménagée" au rabais, fait que ce 4ème permis est désormais moins illégal que les 3 précédents. Mais l'ego du maire Blanchard exige cet appel.

 

Plus scandaleux est le mépris affiché par le maire pour le conseil municipal, considéré comme une simple chambre d'enregistrement de sa volonté car s'il sollicite aujourd'hui du conseil municipal, une autorisation pour faire appel, cela fait déjà plus de TROIS MOIS (10 /12/2010) que cet appel a été déposé au nom de la commune de Crésantignes !!  

 CM-01-Conseil-Municipal-convocation.JPG

 

 

 

 

 

Commenter cet article