Les Zéchos du Béché.

Publié le par cresantignes.over-blog.com

 

Après un début d'année trop riche en événements glauques, un peu d'air pur et une prise de hauteur (à plus de 2500 m dans les Alpes, on respire mieux ;-)) étaient nécessaires à ma "survie"… pulmonaire.

 

Bref, les lecteurs assidus de ce blog ont du être déçus de ne pas y trouver les suites promises…désolé mais rassurez vous, cela va venir et c'est promis, vous saurez tout !!

 

Histoire de reprendre, en douceur, contact avec les miasmes de Crésantignes, voici par un courrier interposé, quelques échos d'événements survenus la semaine passée dans le secteur à hauts risques du Béché (vous savez, juste au bout de la ruelle du Moulin Menneret, vers l'ex-terrain communal boisé de 3900 m² référencé ZB 79).

 

Pipi, popo caca !!

 

Quand Monsieur Bosteaux monte aux créneaux, cela n'est pas très "élégant" ! Halte là, Monsieur.

 2011 02 11 BOSTEAUX1

 

2011-02-11-BOSTEAUX2 

 

 

Avec les pompons, avec les pompons, avec les pompiers !! DSC00026.JPG

Pour terminer sur une note plus sympathique, dimanche dernier, les habitants du même Béché ont pu admirer 6 de nos courageux sapeurs pompiers créteignats (ou crésantins ?) à la manœuvre. Ils ont inauguré (bizarre le maire n'est pas venu !) le truc rouge a tête de cochon qui bizarrement, un jour, a surgi en bas de la ruelle alors qu'il avait été annoncé lors d'un CM en haut près de la cabane du lapin. De plus pour cause de marasme économique (devis de 2600 €), le CM avait décidé le 28/01/2010 :

 

extrait-CM-incendie.jpg 

Les constructions nouvelles ont eu bon dos… l'obtention du permis de construire pour les entrepôts Bosteaux était la raison principale de la pose de cette borne. L'annulation par le Tribunal administratif du permis n°3 (voir ce jugement) a fait que soudain, la borne est devenue prioritaire… et comme ce sont les contribuables qui payent !

Bref malgré la vaillante pompe "teuf, teuf, teuf " (j'aime ce ronronnement des vieux moteurs) qui ne pouvait cracher plus d'eau que la borne toute neuve ne pouvait lui en fournir, la lance ne pissait pas ben dru… tout juste de quoi arroser les palmiers en plastique que le maire Blanchard a planté sur les 1800 m² de "cette parcelle à usage agricole" acquise à titre privé en 2006 "afin de la cultiver, puisqu'il exerce la profession d'agriculteur" (sic) (mémoire du maire au TA 30/10/2006).

 

A bientôt.

 

 

Commenter cet article