EAU : Tu prends les mêmes et ça recommence...

Publié le par cresantignes.info

Ce matin, vendredi 27 mars 2020, la nature fleurait "bon" le produit phytosanitaire ruelle du Moulin Menneret. Portées par une brise venant du nord, les micro-gouttelettes qu'un engin agricole avait dû épandre là bas dans un champ, déposaient leurs molécules toxiques jusque dans nos narines et puis dans nos pauvres poumons. Si le Covid 19, ne fait pas le boulot avant, on finira tous par en crever... Tout est normal !

Même jour, une nouvelle analyse de l'ARS (Agence Régionale de Santé) a fait son apparition au panneau d'affichage de la mairie où bien sûr, confinement oblige, personne ou presque n'a pu en prendre connaissance. Le maire Blanchard qui l'a affichée le 26, n'a pas jugé utile d'informer les habitants autrement que par cet affichage qui lui donne bonne conscience mais maintient -comme d'habitude- les habitants dans l'ignorance de la très médiocre qualité de l'eau que le président du COPE de Crésantignes, Dominique Blanchard, nous donne, depuis des années, à boire (voir l'article EAU : le bilan du maire... "ça vous regarde pas"). Tout est normal.

Voici les conclusions de l'analyse d'eau parvenue le 25 mars.

Restons chez nous et prenons soin de nous et des autres...

Restons chez nous et prenons soin de nous et des autres...

En plus lisible.... (les mots ci dessous en rouge n'étaient pas lisibles à l'affichage, la partie droite du document étant cachée par la bordure métallique du cadre : cette incongruité imputable à l'afficheur est récurrente et a déjà été plusieurs fois signalée (voir ici)... en vain !! Pour une meilleure qualité de l'information, il faudrait changer l'afficheur ou a minima essayer de l'instruire...) 

Conclusion sanitaire (Prélèvement N° : 000 83123)

Cette eau est non conforme aux limites de qualité chimique de par une teneur excessive en nitrates de 51 mg/L, la concentration ma(ximale ?) admissible étant de 50 mg/L. Il en résulte donc que la consommation régulière d’une eau présentant une teneur de l’excessive en nitrates (est ?) susceptible à long terme d’engendrer des risques pour la santé du consommateur et plus particulièrement, pour les femmes enceintes, (les ?) enfants de moins de deux ans (méthémoglobinémie ou du nourrisson ou « maladie bleue ») et pour toutes personne fragilisée par une ( ????).

Dans cette situation, les recommandations de l’Agence Régionale de Santé, en termes de restriction d’usage alimentaire, doivent être impérativement respecter pour les populations à risques. Conformément aux dispositions de l’article R.1321-26 à 30 du code de la (santé ?) publique, il vous appartient d’informer la population et plus particulièrement les personnes à risques et de mettre à disposition une (eau ?) de source embouteillée pour les populations concernées. Le rapport nitrates/50 + Nitrites/3 est également non conforme à la limite de (qualité ?) qui doit être inférieure à 1 mg/L. Enfin, il est à noter une teneur en chlore libre trop faible. La teneur en chlore libre dans les réserv(oirs doit ?) être de l’ordre de 0,3 mg/L.

                                                                                                                 (les expressions soulignées le sont de notre fait. PV)

 

EAU : Tu prends les mêmes et ça recommence...

La crise sanitaire que traverse le monde, rend bien puériles les attaques de dernière minute auxquelles s'est honteusement livré le candidat maire Blanchard aux dernières heures de la campagne électorale des municipales (voir l'article ELECTION : Quand le candidat Blanchard se révèle au grand jour). Il n'en demeure pas moins que certaines de ces attaques indignes et les conditions perfides dans lesquelles elles ont été perpétrées, font que des réponses devront être données. Covid 19 nous oblige à relativiser les choses mais nous avons désormais du temps devant nous pour continuer notre combat pour une autre politique communale. Exigeons d'être INFORMÉS, exigeons d'être CONSULTÉS et ASSOCIÉS aux décisions qui nous concernent au quotidien. Imposons le respect d'une véritable DÉMOCRATIE LOCALE. 

Commenter cet article