REPAS DES AINÉS : A prendre ou à laisser.

Publié le par cresantignes.info

Le rituel "repas des aînés" de Crésantignes aura lieu le samedi 29 février au restaurant "A la table d'antan".

L'an passé, 52 "personnes de la commune âgées de 70 ans ou plus" avaient été conviées au "repas offert par la commune". Seules, 26 d'entre elles (soit exactement la moitié) avaient répondu favorablement à cette invitation. Pourquoi ?

Cet important taux de défection ne semble pas avoir interpellé le maire et ses conseillers. A l'énoncé de cet absentéisme, les trumpistes ne manqueront pas de clamer (tweeter ?) que les absents ont eu tort et, cyniques, que c'est tout "bénef" pour les finances communales.

C'est faire peu de cas, de ceux qui pour des raisons diverses ne peuvent ou ne veulent pas participer au repas du maire ; parfois les petits désagréments liés à l'âge des "70 ans et plus" : une santé fragile, un régime imposé, une mobilité réduite, un problème d'audition dans un environnement bruyant...  ou tout simplement le fait de ne pas (ou de ne plus) apprécier de rester des heures à table à manger et à boire, sont autant de raisons respectables. Mais pour eux, sous le maire Blanchard, pas d'alternative : rien ! pas de colis, pas la moindre attention. Pourtant comme les autres, contribuables parmi les contribuables, ils ont toujours... contribué aux finances communales. Où est l'équité ?

Les 11 conseillers municipaux figurent sur la liste des "invités" mais l'an passé, seul le maire, ses 2 adjoints et une conseillère ont bénéficié de ce repas gratuit à 43 € offert par la commune.

En 2019, le montant de la facture réglée par le budget communal s'est ainsi élevé à 1290 € soit 26 fois 43 € pour les conviés de plus de 70 ans et 4 fois 43 € pour les élus les encadrant cool.

Cette année 2020, c'est donc avec un peu d'avance, élections municipales obligent, que le maire a eu "le plaisir de nous convier", mon épouse et moi, "au repas offert par la commune".

Comme tous les ans, nous avons décliné cette offre du maire. Dans un courrier dont vous trouverez ci dessous copie, nous expliquons pourquoi.

Nous souhaitons une belle journée et un bon appétit aux "plus de 70" qui participeront au repas du maire ; mon épouse et moi sommes désolés de ne pas pouvoir être des leurs mais nous pensons qu'ils comprendront nos raisons.

Pour les autres "plus de 70", les mis à l'écart, de fait, de la solidarité communale, espérons que les choses vont changer et battons nous ensemble pour qu'il en soit ainsi.

 

LETTRE AU MAIRE et aux MEMBRES DU CM

 

Pierre VAUDEZ
6 ruelle du Moulin Menneret

10320 CRESANTIGNES

Blog : CRESANTIGNES.INFO

 

au Maire de Crésantignes
et aux Conseillers municipaux

REPAS OFFERT par la Commune
aux personnes de 70 ans et plus

Mesdames et Messieurs

De la date choisie par le maire..

Je constate que la date du 29 février choisie cette année -juste avant les élections municipales- est en avance sur celle des années antérieures : 14 avril en 2018, 16 mars en 2019.

C’est sûrement fortuit 😊 mais le contexte pré-électoral de votre aimable invitation est déplorable.

Des « repas » pour les Restos du Cœur

Comme les années dernières, je constate que le CM a généreusement octroyé aux Restos du Cœur « son » incontournable subvention annuelle de 25 euros ! Cette indécente aumône qui représente moins de 10 centimes par habitant, comparée au coût de 43 € par personne pour le « repas offert par la commune » aux Crésantines et Crésantins de 70 ans et plus (50 environ) et à leurs « encadrants » (les 11 membres du CM), est moralement choquant.

Une requête pour les plus démunis, oubliés par le maire et le CM.

L’an passé, mon épouse et moi avions abandonné le coût de nos repas (86 €) à Coluche et « à ceux qui ont faim ».

Puisque cela n’a pas été pris en compte par le maire et son conseil, au nom de l’équité entre toutes les personnes âgées invitées par la commune, je demande pour celles et ceux qui pour des raisons diverses (santé, régime, difficultés de déplacement…. ou autre motif !) ne peuvent participer au repas, la possibilité d’opter pour d’autres formes de reconnaissance de la Commune à leur égard.

Pourquoi pas -faute de pouvoir être plus imaginatif- un éventuel colis comme cela se fait ailleurs ? Mon épouse et moi pourrions alors, n’étant pas nécessiteux, et faute de mieux, aller donner ces colis aux Restos ou au Secours Populaire ou Catholique ou….

De notre non participation

Dans une ambiance municipale délétère, je vous avais signifié en 2017 que

« pour des raisons que [le maire] et quelques autres personnes impliquées [en 2008] dans de sordides affaires d’injures, de violences, de faux témoignages et d’injustice monstrueuse, peuvent, je l’espère pour eux, peut être comprendre, mon épouse et moi-même n’avons nulle envie de nous asseoir à [leur] table. »

Faire condamner une personne pour un acte dont on sait pertinemment qu’il ne l’a pas commis est à mes yeux un crime moral impardonnable. L’annulation en 2009 du jugement devant la Cour d’Appel ne saurait faire oublier l’ignominie des actes commis par ces gens-là.

De notre solidarité générationnelle

Ceci ayant été dit, aujourd’hui comme hier nous estimons que « la très très grande majorité des habitants de Crésantignes invités à ce repas sont des personnes respectables, sympathiques et dignes d’estime que nous aimons bien ». « Nous aurions eu grand plaisir à partager avec eux un instant de convivialité » et nous leur adressons « nos salutations confraternelles » mais « le contexte municipal ne s’y prêtait et ne s’y prête toujours pas hélas. »

En mon Âme et Conscience

Soyons clairs, je n’imagine même pas de participer à un repas « présidé » par un maire -Dominique BLANCHARD- «déclaré coupable des faits qui lui sont reprochés » et condamné pour « violence par personne dépositaire de l’autorité publique »… sur ma personne bien sûr ! (Jugement du Tribunal de Grande Instance de Troyes en date du 02 novembre 2015).

Je n’ai jamais injurié qui que ce soit ; je n’ai jamais porté la main sur autrui et, que la honte me foudroie s’il en est autrement, je n’ai, moi, jamais fait condamner quiconque par dénonciation pour des actes qui n’ont pas été commis. Je laisse Monsieur le Maire face à sa Conscience.

Salutations citoyennes à celles et ceux qui les méritent.


Crésantignes, le 22 février 2020

Pierre VAUDEZ

Citoyen et contribuable de Crésantignes.

Taxe d’habitation 2019 : 1377 € (mille trois cent soixante dix sept euros)

Taxe foncière 2019 : 1158 € (mille cent cinquante huit euros)

dont taxe GEMAPI 2019 (c’est nouveau et voté par le maire Blanchard),

soit en toute injustice communale, plus de 2500 euros en hausse de 2,2 %.

Publié dans Actualité communale

Commenter cet article