Fondation du Patrimoine, l'aide complémentaire...

Publié le par cresantignes.info

L'essentiel... 

En 2014, les travaux sur les "soubassements" de 3 piliers de l'église de Crésantignes ont coûté 23 500 €. Le financement a été très largement couvert par des subventions de l'État, de la Région et du Département. Parallèlement, la souscription mise en œuvre par la Fondation du Patrimoine a permis de collecter 3200 € auprès de généreux donateurs locaux. Cette collecte ayant été supérieure à 5% du montant HT (hors taxes) des travaux, la Fondation du patrimoine a attribué à la commune, une aide complémentaire d'un montant égal à 20% HT du coût des travaux soit 3 900 €.

La part de financement restant à la charge de la commune et donc des contribuables, n'a donc été que de 3230 € soit 14% seulement du coût réel

La somme de 5551 € annoncée par le maire (voir Le mot du maire du 7 janvier 2015) est une galéjade de plus.

Pour que ce miracle d'une aide substantielle complémentaire de la Fondation du Patrimoine se renouvelle pour un quatrième pilier (!!), il faut trouver de nouveaux généreux donateurs.

Alors n'oubliez pas que tout don à la Fondation du Patrimoine donne droit à une réduction d'impôt sur le revenu égal à 66 % du montant du don. Par exemple, un don de 60 € ne vous coûtera à terme que 20 € et la Fondation du Patrimoine sur les fonds qu'elle obtient de grands groupes industriels, "subventionnera", en conséquence, le projet patrimonial auquel vous avez destiné votre don.

Si le coeur vous en dit et si vos moyens vous le permettent....

Dans le détail...​

1) Une invitation à l'agora créteignate 

Fichtre ! Une "réunion publique d'information" annoncée à la mairie de Crésantignes ! Une réunion au cours de laquelle, on nous promettait d' "expliquer et commenter" lors d'un "débat public" (!!) un projet de travaux à "l'Eglise Saint Sébastien de notre village", voilà qui méritait attention.

Nous nous y rendîmes donc le mercredi 30 septembre dernier et nous n'y fûmes pas seul. Quinze personnes dont 2 conseillers municipaux avaient pris place dans la salle de la mairie.

Face à ce public attentif : le maire Blanchard ayant devant lui une pile impressionnante de dossiers, qu'il n'a pas ouvert, son adjoint Dal Degan et, acteur principal pour ne pas dire unique de cette réunion, le délégué départemental de la Fondation du Patrimoine qui avec un diaporama très général nous présenta comme en 2013 son institution estimable.

 

2) Le pilier de la sagesse ?

Des nouveaux travaux que la municipalité a décidé d'entreprendre, il ne fut révélé a priori que leur montant : 23000 € (22862,40 €) TTC (toutes taxes comprises). Il fallut une question venue de la salle pour que la nature des travaux sur un quatrième (ou cinquième c'est selon les vœux du maire) pilier de l'église soit esquissée. A ceux qui l'ignoraient, il fut révélé que ces travaux devaient compléter ceux effectués en 2014, l'entreprise qui a réalisé ces travaux ayant "signalé que pour parfaire la restauration de notre édifice, il conviendrait de renforcer un autre pilier défaillant et de restaurer l'élévation de ce contrefort". Pour les 3 ou 4 (?) piliers de la première tranche, le coût des travaux avait été de l'ordre de 23500 €, en gros l'équivalent de celui annoncé pour la 2ème tranche qui ne concerne, elle, qu'un seul pilier et son contrefort.

 

3) Du financement des travaux de 2014

Pour cette deuxième tranche, sans doute eut-il été plus simple d'expliquer et de justifier l'intérêt d'un nouvel appel à souscription par l'intermédiaire de la Fondation du Patrimoine, en montrant, chiffres à l'appui, quelle avait été l'incidence dune telle opération de mécénat patrimonial sur le financement des premiers travaux.
Le tableau distribué en janvier par le maire avec ses vœux, aurait pu suffire s'il n'avait été truffé d'erreurs grossières rendant la compréhension du montage financier incompréhensible. Lors de la réunion, le maire Blanchard ne fut pas plus à même de clarifier la situation. Tout au plus put-on entendre notre édile affirmer : "Je ne sais pas. J'ai pas les chiffres en tête. On les a. On vous les donnera". Quand ? Peut-être avec sa feuille protocolaire de janvier prochain ?

A partir d'un seul indice fourni par le conférencier, le taux 20 % (de quoi ? mystère) a priori variable de la subvention complémentaire donnée par la Fondation du Patrimoine pour l'église de Crésantignes, on peut reconstituer le tableau de financement de la 1ère tranche de travaux.

(pour une meilleure lecture, cliquez sur ce tableau)

On notera que l'auteur (?) du tableau des vœux a quelques difficultés pour calculer "en retour" le montant d'une TVA ;-)) et que, très globalement, la somme annoncée par le maire comme restant à la charge de la commune (5551 €) est largement surestimée puisqu'elle n'est en fait que de 3229 €. 

4) De l'apport conséquent de la Fondation du Patrimoine

Bonne nouvelle donc que l'on doit à la Fondation du Patrimoine et aux "généreux donateurs" que le maire non seulement ne cite pas (ils sont "fourrés" dans la colonne "Autres" !) mais qu'il oublie même de prendre en compte dans son tableau ! Une telle légèreté dans l'information donnée aux contribuables, qui passe sous silence l'impact réel de l'opération initiée par la Fondation du Patrimoine est bien regrettable. On n'est pas dans l'annonce mensongère (toujours pas démentie) des 140 000 € du solde du compte administratif 2010 mais quand même… à force de se tromper dans les comptes qu'il produit en public, le maire décrédibilise la fonction qu'il occupe.

Bref, pour l'heure rendons la place qui leur est due, aux dons des généreux donateurs (3104 € restitués sur 3200 recueillis) et à la "subvention" de 3917 € (soit 20% du coût HT des travaux) attribuée par la Fondation du Patrimoine pour les travaux sur l'église. Le total de ces 2 sources de financement, estampillées Fondation du Patrimoine, est en gros de 7000 € soit quand même presque 30% du prix TTC (36% du prix HT). Les contribuables de Crésantignes apprécieront et peuvent dire un grand merci aux généreux donateurs et à la Fondation du Patrimoine. S'il n'y avait pas eu de donateurs (à hauteur d'au moins 5% du coût HT des travaux), il n'y aurait pas eu de "subvention" complémentaire de la Fondation du Patrimoine.
Justice est rendue aux généreux donateurs et à la Fondation....

5) Des autres financeurs

Rappelons aussi la participation de l'Etat (3917 € de TVA remboursée et 3917 € également de dotation DETR/ex DGE) ! A l'heure où le maire pleure avec ses semblables la diminution "drastique" (!) des dotations de l'Etat, il n'a pour l'heure, pas lieu de se plaindre. Ces 2 financements correspondent à… 1/3 du prix TTC (40% du prix HT).

Quant aux participations du Conseil régional (2938 € soit 15% du prix HT), de la réserve parlementaire du député (1500 € soit 8% du prix HT), du Conseil Général (979 € soit seulement 5% du prix HT), elles représentent ensemble 23 % du coût TTC des travaux (ou 28% du coût HT). Voilà entre autres à quoi servent nos impôts.


Pour agrandir le graphique, cliquez dessus)

 

6) D'autres travaux encore

A la question posée : "Il y a eu une 1ère tranche ; d'un seul coup, il y a une 2ème tranche ; est ce qu'il faut s'attendre à ce qu'il y ait une 3ème tranche ?", le maire goguenard répliqua : "et même une 4ème !".  Avant que le maire ne fasse venir l'entreprise actuelle, l'expert d'une autre société avait pronostiqué quelques 100000 € de travaux… Finalement évincé, c'est cet "expert" qui était sans doute dans le vrai... semblable

D'autres besoins de travaux pour la sauvegarde de l'église, furent évoqués dans 

la salle :
* le portail qui tombe en poussière et parait-il, menace de tomber vraiment (devis de 5600 € ?) et

                                     


* la toiture... "qui frise", belle expression qui caractérise l'état des pseudo-tuiles-ardoises bitumées (shingles) de la vaste toiture. Ces inquiétantes "frisettes" ont commencé à apparaitre juste après un traitement de démoussage (décision CM 01/2010 ; coût… 6 000 € !) vraisemblablement inapproprié  ; les fausses ardoises se gondolent désormais, donnant au toit de notre église des allures de pagode tonkinoise. 

Le remplacement de la toiture, s'il ne pleut ni ne vente pas trop, ce sera… pour plus tard, une nième tranche.

7) En guise de conclusion :

La première tranche de travaux sur les piliers de l'église a donc été subventionnée à hauteur de 86 %. Elle n'aura coûté que 3229 € à la commune alors que le coût réel (TTC) de ces travaux a été de 23500 €.

Pour que le financement des 23 000 € de la 2ème tranche s'avère aussi peu coûteux pour les contribuables de Crésantignes, il reste à souhaiter la pleine réussite de la nouvelle souscription mise en place par la Fondation du Patrimoine. Il faudra pour cela que de généreux donateurs se manifestent à nouveau. Si vous connaissez des gens qui en ont les moyens, dites leur bien que s'ils sont, comme environ un français sur 2, assujettis à l'impôt sur le revenu, 66% du montant de leur don leur sera restitué sous forme d'une réduction fiscale.

Pour un particulier, un don de 60 € lui donnera droit à une réduction de son impôt sur le revenu de 40 €. Il ne lui en coûtera donc à terme que 20 €. Pour un don de 150 €, il n'en coûtera en fait que 50 € au généreux donateur s'il est… imposable sur le revenu  ;-))

Pour susciter, comme le demande la Fondation du Patrimoine, "un engouement populaire exemplaire en faveur [du] projet de sauvegarde et de mise en valeur [de cet] élément de [notre] patrimoine" qu'est l'église de Crésantignes, il reste beaucoup à faire. Qu'ont prévu nos élus ?

 

Et puisque le patrimoine naturel appartient aussi au champ d'action de la fondation, je suggère à la municipalité une action de dépollution, de réhabilitation et de mise en valeur patrimoniale… des sources de la Mogne.

 

Sauvegardons notre patrimoine.

Commenter cet article