Quelques brèves pour l'édification des foules.

Publié le par cresantignes.info

I - A propos de l'école, quand le maire pense... du mauvais côté.

Le précédent article (cliquer ici pour relire cet article) relatait en quels termes, le CM (ou plus exactement l'adjoint Dal Degan et le maire Blanchard), avaient traité du devenir des écoles du RPI de Jeugny. La consultation des archives permet de retrouver les effarantes prises de position antérieures des Zélus d'alors : en voici une du maire Blanchard à propos de l'école (extraits significatifs).

ECOUTEZ (durée : 3 minutes)

Mode d'emploi du lecteur de sons

"Ben c'est facile, les aut' communes, elles ont fait des salles des fêtes, elles ont agrandi leur mairie... Moi, la classe, i' la prennent (...). Financièrement, i' la prennent. Euh.... On fait 2 appartements dedans, on le loue (sic). On est moins embêté, je vous le dis... Je vous le dis, hein ! ".

Une voix lointaine dira quand même : "Faut pas dire cela."

II - Des emprunts négociés en 2012 bien trop tôt et à des taux bien trop élevés par le maire Blanchard pour sa salle des fêtes.

Faut-il le rappeler, (voir un précédent article cliquer ICI), ces 2 emprunts respectivement de
150 000 € sur 20 ans et de 80 000 € sur 12 ans ont été souscrits aux taux respectifs de 5,10 % et de 4,32 %. On a pu lire dernièrement dans la presse locale l'information suivante :

"Pour financer la construction de la maison de santé pluridisciplinaire, la CCB (Communauté de communes du barséquanais NDLR) n'avait reçu qu'une proposition avec un taux d'emprunt variable ; ce qui chagrinait quelques élus. La nouvelle proposition, qui a été adoptée, fixe
un emprunt de 983 000 € sur 20 ans au
taux d'intérêt de 2,02 %."

Oui, vous avez bien lu : en gros 2%.

A 5% sur 20 ans (ce qui au CM ne semble chagriner personne :-)) et pour un capital emprunté de 150 000 €, le total des intérêts versés par la commune au banquier, s'élèvera à 92 000 €
(en plus bien sûr des 150 000 € de capital remboursés).

Imaginons que le maire ne se soit pas précipité et ait attendu, comme la conjoncture économique le laissait prévoir, que les taux baissent encore... A 3% au lieu de 5%, une estimation grossière du total des intérêts à 92000/5*3 = 55 000 € montre que cela eut permis une économie de 92 000 - 55 000 = 37 000 euros !!

Si on y ajoute les quelques 3000 € d'intérêts différés,
le maire Blanchard eut évité aux contribuables créteignats
une dépense inutile de 40 000 € !

Félicitations monsieur le maire.

Pour rêver : à 2%, le total des intérêts n'eut été que de 34 500 € au lieu de 92 000 €.

PS : Je suis sans doute l'un des principaux contributeurs aux impôts fonciers de Crésantignes (?... ) depuis que le maire Blanchard, président de la Commission Communale des Impôts (CCID) a augmenté en grand secret mes impôts de 20 % (voir article en cliquant ICI).

Quelques brèves pour l'édification des foules.

Ayant été et restant le SEUL contribuable ayant "bénéficié" de cette mesure inéquitable malveillante, je suggère pour limiter la hausse exponentielle de mes impôts qu'un adjoint compétent aille renégocier les emprunts communaux auprès des banques. Tous les autres contribuables, même le propriétaire du château, en bénéficieront... Conseil gratuit mais bien sûr pas désintéressé ;-))

TH 2014 de Vaudez : 1241 € et TF 2014 de Vaudez : 1061 € . Total : 2302 €. Qui dit mieux ?

Lu dans la presse :

Renégociation : les conditions sont très favorables

La conjoncture actuelle a amené les organismes de crédit à pratiquer des taux exceptionnellement bas et il est intéressant d’en profiter. On emprunte aujourd’hui à moins de 3 %, contre 5 % avant 2010. Les emprunteurs qui sont dans leurs premières années de remboursement ne doivent pas hésiter à remettre en concurrence les taux et conditions de leur financement. Au début d’un prêt, les intérêts peuvent représenter plus de 50 % des mensualités, l’effet renégociation est donc maximisé.

III - Les petits cachottiers... auraient-ils honte ?

Même les lecteurs attentifs des comptes-rendus affichés ou publiés dans la presse, ne sauront RIEN, cette année encore des finances communales et de l'augmentation des impôts.

Le maire Blanchard et ses conseiller(e)s "oui, oui" n'auraient-ils pas le courage de leurs actes ? A suivre.

Quelques brèves pour l'édification des foules.

Autres maires, autres moeurs : chez eux, ceux qui veulent savoir, peuvent savoir simplement en lisant le journal. C'est cela la transparence :-)) et la démocratie.

Quelques brèves pour l'édification des foules.

Il en est même qui DIMINUENT les impôts locaux ! 

A Crésantignes, ils les FIXENT... comprenne qui pourra ce que cache ce verbe.

Commenter cet article